Contes

Contes

Meilleur from Legrigri for Contes

Télécharger:
ID: 2253082287
Cloud: Communication
Téléchargement total: 3285
Lire en ligneTéléchargement

Description du produit

" Il était une fois un roi et une reine... ", " il était une fois une petite fille de village... " Il suffit de cette clé magique pour que s'ouvre à nous le monde où paraissent tour à tour la belle au bois dormant, le petit chaperon rouge, la barbe bleue ou Cendrillon. Perrault puise dans le folklore ancien pour nous conter dans des
récits courts et alertes des histoires qui nous éloignent délicieusement du monde, avant que la morale finale nous y reconduise. Des contes de fées ? Sans doute. Mais, autant que le merveilleux, ce qui nous enchante, c'est le naturel et la savante simplicité d'un art d'écrire
qui, à chaque page, séduit notre imagination. D'abord parus séparément en 1694 et 1697, ce n'est qu'à la fin du XVIIIe siècle que les contes en vers et en prose seront réunis en un même volume, signe que l'engouement qu'ils avaient suscité du vivant de Perrault ne se démentait pas, en dépit du jugement sévère des gens de lettres, à l'époque des Lumières, pour ces
puériles bagatelles. Mais le public le plus large demeurait fidèle à ces contes - et ce public, c'est aujourd'hui nous dont l'esprit d'enfance ne s'est pas perdu.

Amazon.fr

Peau d'Âne,La Belle au bois dormant,Le Petit Chaperon rouge ou encoreCendrillon : qui aurait cru que ces contes de notre enfance, lus et relus, mille fois racontés, cent fois adaptés, ont été composés par un contemporain de Racine, figure éminente des milieux littéraires du siècle de Louis XIV ? C'est la magie des contes de fées : universels et intemporels, ils finissent par n'appartenir à personne et ceux qui les racontent disparaissent finalement sous le poids de la tradition populaire.

Art naïf et puéril ou conte pour adultes ? Comme les Fables de La Fontaine ou les récits des Mille et une nuits, les Contes de Perrault voguent entre plaisir du texte, instruction édifiante et divertissement ludique. C'est cette ambiguïté qui leur a permis de nourrir notre imaginaire collectif, et nous y replongeons avec bonheur, toujours surpris par les trésors d'ingéniosité qui se cachent derrière ces histoires que l'on connaît pourtant par coeur. --Karla Manuele

Extrait

«Au moment que je fais cette moralité
Si Peau d'Ane m'était conté,
J'y prendrais un plaisir extrême.
Le monde est vieux, dit-on : je le crois ; cependant
Il le faut amuser encor comme un enfant.»

Le test est facile à faire, il est recommandé par le docte professeur J. R. R. Tolkien, inventeur de l'heroïc fantasy avec son célébrissime Seigneur des Anneaux : prononcez la formule «contes de fées» et demandez de citer un titre. L'écrasante majorité des réponses nommera une histoire due à Charles Perrault.
Faites le test vous-même... Cendrillon, la Belle au bois dormant, le Petit Chaperon rouge, le Petit Poucet, Barbe Bleue... Popularisés par de nombreuses éditions et adaptations, les Contes de Perrault n'ont jamais cessé d'être lus, racontés, réécrits depuis leur parution en 1697. Or, si ce fleuron de notre patrimoine littéraire est sans doute le plus connu dans le monde, il est aussi le plus mal connu.
On croit connaître Perrault, en effet. On l'imagine réservé aux enfants. Cependant, si on prend la peine de lire ses contes, tels qu'il les a écrits, on découvre un univers où l'humour l'emporte souvent sur le merveilleux. Où les fées ne font que de très brèves apparitions. Où la morale n'est pas toujours très morale... Il faut dire que les frères Grimm ne sont pas encore passés par là pour punir tous les grands méchants loups !

Revue de presse

La publication d'un recueil de près de cent contes, écrits par Charles Perrault et ses successeurs, renouvelle l'interrogation sur leur origine et leur pérennité...
Charles Perrault est-il l'inventeur du conte de fées, genre littéraire inédit jusqu'à lui, ou bien le scribe consciencieux de récits traditionnels recueillis «de la bouche même du peuple» ?...
Leur simplicité naïve, leur mélange de vraisemblable et de merveilleux situent logiquement ces contes de fabrication lettrée dans la sphère esthétique de la féminité...
Prosateur que ses dons situent en retrait parmi les grands écrivains de son siècle, auteur d'une suite de volumes aujourd'hui oubliés, Charles Perrault a eu la grâce d'être un jour grand sur le mode mineur. C'était au soir de sa vie, et il ne savait pas ce qu'il faisait : à défaut de tirer de son propre fonds la matière de ses contes de fée, il en inventait la manière. (Sébastien Lapaque - Le Figaro du 15 mars 2007)

Cette passionnante anthologie donne à lire dans leur intégralité les contes de Perrault : les huit textes en prose publiés dans le recueil de 1697, Histoires ou contes du temps passé, avec des moralités et les trois pièces en vers, dont Peau d'âne, à laquelle est jointe sa première version en prose...
Ensuite en donnant à voir de nombreuses illustrations de ces contes, en particulier celles de Gustave Doré pour l'édition Hetzel de 1862, mais aussi quelques exemples de celles qu'en donna l'imagerie populaire. Enfin, parce que chacun des contes est confronté à d'autres textes de nature très différente...
Il y a ensuite les textes postérieurs à Perrault et s'en inspirant qui sont d'une grande diversité puisqu'on y trouve aussi bien le livret d'un opéra-bouffe de Meilhac et Halévy qu'un long conte philosophique en vers de Voltaire qui fait écho à Riquet à la houppe ou une saynète drôlissime de l'humoriste Cami. Le sommaire, là aussi, est brillant... (Jacques Baudou - Le Monde du 27 avril 2007)

Présentation de l'éditeur

" Il était une fois un roi et une reine... ", " il était une fois une petite fille de village... " Il suffit de cette clé magique pour que s'ouvre à nous le monde où paraissent tour à tour la belle au bois dormant, le petit chaperon rouge, la barbe bleue ou Cendrillon. Perrault puise dans le folklore ancien pour nous conter dans des
récits courts et alertes des histoires qui nous éloignent délicieusement du monde, avant que la morale finale nous y reconduise. Des contes de fées ? Sans doute. Mais, autant que le merveilleux, ce qui nous enchante, c'est le naturel et la savante simplicité d'un art d'écrire
qui, à chaque page, séduit notre imagination. D'abord parus séparément en 1694 et 1697, ce n'est qu'à la fin du XVIIIe siècle que les contes en vers et en prose seront réunis en un même volume, signe que l'engouement qu'ils avaient suscité du vivant de Perrault ne se démentait pas, en dépit du jugement sévère des gens de lettres, à l'époque des Lumières, pour ces
puériles bagatelles. Mais le public le plus large demeurait fidèle à ces contes - et ce public, c'est aujourd'hui nous dont l'esprit d'enfance ne s'est pas perdu.

Quatrième de couverture

0n voit ici que de jeunes enfants, Surtout de jeunes filles Belles, bien faites, et gentilles, Font très mal d'écouter toute sorte de gens, Et que ce n'est pas chose étrange, S'il en est tant que le loup mange. Je dis le loup, car tous les loups Ne sont pas de la même sorte ; Il en est d'une humeur accorte, Sans bruit, sans fiel et sans courroux, Qui privés, complaisants et doux, Suivent les jeunes Demoiselles Jusque dans les maisons, jusque dans les ruelles ; Mais hélas ! qui ne sait que ces Loups doucereux, De tous les Loups sont les plus dangereux.

Biographie de l'auteur

Charles Perrault est né le 12 janvier 1628 à Paris. La famille Perrault appartient à la haute bourgeoisie de robe. Charles Perrault suit un cursus scolaire brillant : études littéraires au collège de Beauvais à Paris, licence en droit et inscription au barreau en 1651. Il abandonne bientôt ses charges au barreau, pour s'initier aux affaires, aux côtés de son frères Pierre, receveur général des Finances. Grand commis, protégé par Colbert à partir de 1663, il devient rapidement son homme de confiance. Il commence à publier des oeuvres galantes ou parodiques avant de prendre parti pour les Modernes contre les Anciens, à l'Académie française dont il devient membre en 1671. La mort de Colbert marque sa fin politique. Ecarté du pouvoir par Loubois, veuf à partir de 1678, il se retire, se consacrant à l'éducation de ses enfants. Parmis toutes ses oeuvres, ce sont ses "Histoire ou Contes du temps passé" (appelés aussi "Contes de ma mère l'Oye", 1697) qui assurèrent sa célébrité et inaugurèrent le genre littéraire des contes de fées. Charles Perrault meurt à Paris le 16 mai 1703.

Détails & caractéristiques

Informations sur le produit

À propos de cet article

Informations sur le produit

LIVRES POPULAIRES